Nom des produits – Lancement MARS 2018

COLLECTION LE CHANT DU KAYAPÓ


. REGARDS CROISÉS – M180

« Regards Croisés » porte ce nom en référence aux grandes lignes couture de son motif : ces trajectoires bicolores, obtenues grâce à la technique d’impression numérique, s’entrecroisent sur un fond velouté, doux au toucher.

. ARBRE DE SONGES – M181

« Arbre des Songes » fait référence aux arbres d’Amazonie tels que l’Ayahuasca, entrant dans la composition des breuvages que les chamanes des tribus amérindiennes préparent à l’occasion des grandes cérémonies. Ces préparations à base de lianes et d’écorces fraîches modifient la perception de la réalité, provoquant visions, hallucinations, et épisodes de « rêves éveillés ».

. ANACONDA – M182

Le petit motif tacheté du velours Anaconda rappelle celui observé sur la peau du gigantesque serpent des régions d’Amazonie. Fi des mythes véhiculés par l’imaginaire collectif, l’anaconda n’est pas une espèce venimeuse. Il s’agit d’un animal constricteur doté de puissantes mâchoires, qu’il utilise pour agripper sa proie et l’emmener sous l’eau avec lui.

. PEINTURES DE PAIX – M183

Les couleurs et symboles peints sur l’épiderme des peuples d’Amazonie sont souvent spécifiques à chaque ethnie ou tribu. Les amérindiens sont réputés pour s’habiller de mots, d’un langage. Sur leur figure et sur leur corps, ils content leurs croyances, leurs cérémonies, les grands étapes jalonnant leur vie, les êtres qui leur sont chers, et surtout leur appartenance à un clan.

. PERLES DU DÉSERT – M184

Après la saison des pluies, quand l’air est de nouveau chaud et sec, un étrange phénomène s’observe dans le parc des Lençois Maranhenses, une région désertique au nord du Brésil. Sur des kilomètres, le désert se transforme en océan de sable et de lagons bleutés. C’est parce que le creux des dunes baigne encore dans l’eau de la saison des pluies, formant des « perles d’eau », des bassins où il fait bon nager.

. O RIO CANTA – M185

En portugais, langue officielle du Brésil, « O rio canta » signifie « La rivière chante ». Au cœur de l’Amazonie, et bien avant d’émerger de la forêt, l’on peut se repérer au grondement sourd et poétique qui révèle la présence de l’Amazone, le plus grand et le plus puissant fleuve terrestre.  Anecdote : son débit moyen à l’estuaire équivaut au volume cumulé des six fleuves qui le suivent directement dans l’ordre des débits.

. CHERCHEURS D’OR – M186

« Chercheurs d’or » est le nom donné aux orpailleurs à la recherche de poudre d’or ou de pépites dans les rivières ou fleuves aurifères, tels que l’Amazone. Cet or provient de la désagrégation d’anciens filons de montagnes érodés. L’or apparaît sous forme de petites paillettes que les orpailleurs nomment poétiquement « ciel étoilé » au fond de leur batée.

. LA PLUME DU TOUCAN – M187

Le toucan est un bel oiseau des forêts d’Amazonie, réputé pour son bec long et richement coloré. Fait amusant : cet appendice proéminent, outre à se nourrir de graines et d’insectes, lui sert à réguler sa température intérieure, comme le fait l’éléphant avec ses oreilles (mais quatre fois plus efficacement que le pachyderme). Seconde anecdote qui ne devrait pas vous décevoir : pendant la période des amours, le toucan attire les femelles en décrivant une parade nuptiale… très bruyante.

. AIME – M188

« Aime » est une délicieuse homophonie : sa prononciation est la même que la lettre
« M » de la marque Misia Paris. C’est aussi le nom abrégé de son énigmatique égérie, Madame M, récurrente dans les romances. M comme Mystérieuse, M comme Magnétique… M comme Misia.

. PARURE PRÉCIEUSE – M189

Lors des cérémonies officielles, les membres des tribus amérindiennes arborent différents attributs en accord avec les codes de leur clan d’appartenance. Leurs parures peuvent être entrecroisées de plumes, de cuir, d’ivoire végétal (issu du palmier à ivoire d’Amérique tropicale), parfois de métaux précieux ou de pierreries, ainsi que d’autres tissages végétaux.

. BALLET DES COLIBRIS – M190

Le colibri, également appelé oiseau-mouche, est l’oiseau de tous les records. En vol piqué, il peut atteindre deux cents battements d’ailes par seconde. C’est également le seul oiseau à pouvoir voler dans toutes les directions, notamment en arrière, et… à l’envers. Il butine mille fleurs par jour pour absorber l’équivalent de son propre poids, et son cœur peut atteindre 1200 battements par minute.

. ELDORADO – M191

Eldorado vert, terre d’émeraude, poumon de la Terre… la forêt Amazonienne connaît bien des noms poétiques. Avec une superficie égale à dix fois celle de la France, il s’agit de la plus grande forêt tropicale au monde. Elle recouvre près du tiers du continent sud-américain.

. L’ENCHANTERESSE – M192

L’Enchanteresse est un nom faisant écho à l’Amazone, le plus long des fleuves terrestres. Sous le soleil au zénith, dans la tiédeur étouffante et moite de l’Amazonie, ses eaux s’écoulent, inébranlables, dans un scintillement d’ocre jaune. Sous la lune, les eaux se muent en un scintillement d’argent.

TRIBU DE L’AUBE – M193

Dans certaines croyances amérindiennes, il est dit que les peuples d’Amazonie ont été créés à l’aube du monde. Ils ont ainsi vu naître le cosmos, l’eau, l’air, la forêt, les animaux. Tous ces éléments sont intimement liés et forment, dans la conscience amérindienne, un tout indissociable.

. TERRE DES REMÈDES – M194

La forêt amazonienne concentre la plus grande diversité d’espèces d’arbres et de plantes médicinales de la planète. Vingt-cinq pour cent des essences pharmaceutiques utilisées aujourd’hui en médecine sont extraites de cette forêt. En outre, moins d’un pour cent des espèces d’Amazonie ont pour l’instant été étudiées et testées. La jungle renfermerait-elle un remède à chacune de nos maladies ?

. LA FLÈCHE DE CURARE – M195

Les flèches empoisonnées sont encore utilisées durant la chasse par les populations de chasseurs-cueilleurs du monde entier, et notamment en Amérique du Sud. Le curare, extrait de certaines lianes d’Amazonie, est un poison provoquant une paralysie des muscles chez l’animal. La consommation de la viande reste possible, le curare n’étant pas actif en cas d’ingestion.

. TENDRE IPANEMA – M196

Ipanema est un quartier chic et branché au sud de Rio de Janeiro, et le motif de  « Tendre Ipanema » s’inspire du pavé décorant le bord de mer de la grande plage légendaire, mondialement connue. Inspiré de la technique du pavement portugais, ce pavement est une création de l’architecte brésilien Roberto Burle Marx, également à l’origine du pavé de la plage de Copacabana.

. TERRA BRAZIL – M198

Le Brésil est le cinquième pays le plus grand de la planète, derrière la Russie, la Chine, les Etats-Unis, et le Canada. Il couvre près de la moitié du territoire d’Amérique du Sud, et partage la frontière de dix des douze autres pays sud-américains. Le pays héberge également le tiers de la forêt amazonienne.

. SALVADOR DE BAHIA – M199

Dans la ville brésilienne de Salvador de Bahia, les Fitinhas do Bonfim sont des petits rubans multicolores qui s’achètent partout, et font la fierté des Bahianais. En Janvier, lors de la grande fête religieuse de Nosso Senhor do Bonfim, trois vœux sont énoncés par les habitants tandis qu’ils font trois fois le tour de l’église du même nom. Les rubans porte-bonheur sont noués au poignet avec trois nœuds. Quand le ruban se détache de lui-même, il est dit que les vœux ont été exaucés.

. ETHNIAS – M201

Richement colorée de bleu, de rose et de jaune, « Ethnias » est la plus grande fresque au monde avec ses deux cent mètres de long. Elle a été réalisée à Rio de Janeiro par l’artiste Eduardo Kobra, à l’occasion des Jeux Olympiques de 2016. La fresque représente une tribu indigène de chaque continent : les Mursis d’Ethiopie, les Karens de Thailande, les Tapajos du Brésil, les Samis d’Europe et les Huli de Papouasie Nouvelle Guinée.

. RÉINCARNATION – M202

Certaines tribus amérindiennes croient en la réincarnation, le voyage de l’âme d’une vie à l’autre. Et la forme qu’ils emprunteront dans leur vie suivante ne sera d’ailleurs pas nécessairement humaine. Il existe des cérémonies qui, selon la croyance, permettent à des membres d’une même famille de s’unir à nouveau d’une vie à l’autre, et de conserver la mémoire de leurs relations passées.

. IDYLLE A RIO – M205

Surnommée la Cité Merveilleuse, Rio de Janeiro est une ville brésilienne mondialement connue pour son carnaval, ses plages, ainsi que la statue du Christ Rédempteur au sommet du Corcovado. Elle renferme aussi un jardin idyllique pour les néophytes, le « Jardim Botanico » : un parc botanique à la végétation luxuriante, dans lequel oiseaux exotiques et singes gourmands se donnent la réplique.

. MATA-MATA – M206

La tortue MataMata est une espèce emblématique du bassin amazonien et de l’Orénoque (Colombie et Venezuela). Elle a suscité la curiosité de nombreux scientifiques du fait de sa carapace sombre et cornue, aux écailles épineuses. Les guerriers de certaines tribus amérindiennes d’Amazonie arborent des masques de bois sculpté imitant la carapace de ces tortues.

. CHANT DES ESPRITS  – M207

Les tribus amérindiennes cultivent un lien très étroit avec les esprits. Afin d’éviter que leur espace social ne se fasse envahir par le domaine naturel et sauvage, de nombreuses cérémonies, dans lesquelles interviennent parures, danses et chants, ont lieu afin d’établir un contact constant avec la nature et d’apaiser les esprits.

Retour