Nom des produits – Lancement 2019

COLLECTION SECRETS D’AKRÕPOLIS


M214 – Charme de Circé

Figure féminine emblématique de l’Odyssée d’Homère, Circé est une puissante enchanteresse versée dans l’art de la métamorphose, la préparation de drogues et de potions. Elle a établi sa résidence sur l’île d’Eéa, où elle s’entoure d’hommes transformés en lions, en loups ou pourceaux. C’est le sort qu’elle réserve à l’équipage du héros Ulysse.

M215 – Jardins de Babylone

Les jardins suspendus de Babylone appartiennent aux sept Merveilles du monde antique (dont la genèse de la liste est elle-même méconnue). Les fouilles de Babylone, dans l’actuel sud de l’Irak, n’ont pas permis de retrouver leurs vestiges, ni de confirmer leur existence. S’appuyant sur les récits des auteurs grecs et romains antiques, divers artistes européens en ont tiré des représentations idéales, luxuriantes, qui continuent d’alimenter la légende.

M216 – Morphée

Originaire d’Inde, « Morphée » est un jacquard de coton off rant une réinterprétation moderne des plus grands tissus damassés. Les contrastes de couleurs travaillés entre chaine et trame permettent de révéler ce dessin onirique et végétal, sur la base de coton. Passez la main : la trame de lin et viscose, en surépaisseur, apporte un superbe eff et de texture à ce damas contemporain. Idéal pour la confection de vos rideaux, « Morphée » se décline dans trois coloris très doux : Ivoire, Opaline et Badiane.Morphée est la divinité des rêves prophétiques, chargé de porter le sommeil aux mortels. Dans l’art gréco-romain, il prend la forme d’un jeune homme ailé, tenant un miroir et des pavots soporifiques.

M217 – Le fil d’Ariane

Fille aînée du roi de Crète Minos, la princesse Ariane s’éprend du héros Thésée, venu pour vaincre le Minotaure, monstre mi homme mi taureau, enfermé dans le labyrinthe cwonstruit par l’architecte Dédale. Elle lui remet une pelote de fil qui, déroulée derrière lui, lui permettra de retrouver le chemin de la sortie après avoir triomphé du monstre.

M218 – Infinis Méandres

Le méandre est un motif ornemental antique. Sa répétition, une ligne droite brisée effectuant des retours en arrière, donne une frise appelée clé grecque, symbole de l’infini, très utilisée dans l’architecture gréco-romaine. Dans la mythologie, Méandre est également un dieu fleuve attaché au fleuve du même nom, alors situé en Asie mineure, sur les terres des anciens empires grecs, perses, puis romains – l’actuelle Turquie.

M219 – Mythe de Thésée

Tous les neuf ans, Minos, roi de Crète, réclame à la ville d’Athènes un tribut de sept jeunes filles et de sept garçons qu’il livre en pâture au Minotaure, monstre mi homme mi taureau enfermé dans un labyrinthe construit par l’architecte Dédale. Thésée, fils du roi d’Athènes, décide de prendre la mer et s’en aller vaincre le Minotaure. Aidé d’Ariane, la fille du roi Minos, qui s’éprend de lui, il triomphe du monstre grâce au glaive appartenant à son père, et qu’elle lui offre ; grâce, également, à la célèbre pelote de fil, qu’il déroule derrière et lui permet de retrouver son chemin à travers le labyrinthe.

M220 – Reflet de Narcisse

Dans la mythologie grecque, Narcisse est un jeune homme d’une beauté exceptionnelle, qui le rend vaniteux et fier. L’une des jeunes femmes qu’il a éconduites s’en va consulter Némésis, déesse de la juste colère, qui décide de sanctionner Narcisse. Sous l’emprise de la déesse, Narcisse tombe amoureux de son propre reflet dans une source. Miné d’une passion qu’il ne peut assouvir, il se laisse mourir de chagrin.

M221 – Vents d’Ithaque

Ithaque est une île de la mer ionienne, à l’ouest de la Grèce continentale. D’après l’Odyssée d’Homère, Ulysse était roi d’Ithaque, une île qu’il retrouva après avoir erré vingt ans en mer et subi de multiples épreuves envoyées par les Dieux. C’est à Ithaque que sa femme Pénélope l’attend : chaque jour elle file une toile qu’elle défait la nuit, prétextant ne pouvoir prendre de nouvel époux tant que l’ouvrage n’est pas achevé.

M222 – Corinthe

L’ordre corinthien est caractérisé par une décoration essentiellement constituée de feuilles d’acanthe. La feuille d’acanthe est un motif ornemental très utilisé dans l’architecture grecque classique.

M223 – Villa Kerylos

La Villa Kerylos, construite et meublée sur le modèle des villas de la Grèce antique, se dresse sur un promontoire rocheux de la côte d’Azur, près de Beaulieu-sur-Mer. Elle est commanditée au début du vingtième siècle par l’archéologue et spécialiste de l’époque héllénistique, Théodore Reinarch, qui confie le projet à l’architecte Emmanuel Pontremoli entre 1902 et 1908. Cette villa à tendance néo-antique et Art nouveau est unique en France. Ses façades blanches, dépouillées, tranchent avec les matériaux précieux utilisés pour la décoration et l’ameublement : albâtre, ivoire, bois exotiques et de citronnier, marbre de Carrare, bronze et cuir.

M224 – Eurydice

Eurydice était une dryade, nymphe de la nature, et la femme d’Orphée, héros de la mythologie grecque, grand poète et musicien. Un jour, Eurydice se fit mordre par un serpent et succomba au poison. Orphée partit à sa recherche dans les Enfers grecs. Il joua de la lyre pour attendrir Hadès et sa compagne Perséphone, en leur demandant de bien vouloir lui rendre sa bien-aimée. Hadès accepta à une seule condition : Orphée ne devait pas se retourner pour regarder Eurydice avant d’être sorti des Enfers. Mais, ayant regagné la sortie, il se retourna quand même. Ayant rompu son engagement, Eurydice retourne aux Enfers pour toujours, faisant le malheur d’Orphée.

M225 – Splendeur du Phenix

Dans toutes les cultures antiques, le Phénix fut un symbole de résurrection et d’immortalité. C’est au Vème siècle avant J.-C. que le grec Hérodote, revenu d’Héliopolis, en Egypte, rapporte la légende du Benu : un oiseau semblable au héron, associé au dieu solaire Râ et vénéré des Egyptiens. Son nom deviendra le Phénix, qui signifie rouge en grec. Tous les cinq cents ans, le Phénix doit régénérer ses forces par le feu. Il cherche un haut sommet et se fabrique un nid d’épices et d’herbes aromatiques. Il se place dedans et ses plumes prennent feu, embrasant le nid. Sa combustion dure trois jours et ne laisse qu’un tas de cendres chaudes. De ces restes jaillit alors un nouveau Phénix.

M226 – Grâce

Dans la mythologie grecque, les Grâces, ou « Charites », au nombre de trois, Euphrosyne, Thalie et Aglaé, sont des déesses personnifiant la vie dans toute son intensité et sa plénitude, telle que l’entendaient les Grecs. Elles incarnent la séduction, la beauté, la nature, la créativité humaine. Dans les arts, elles président à toutes les activités ludiques ou orgiaques : le festin en l’absence de faim, la danse pour le plaisir, c’est-à-dire l’activité physique sans nécessité, ou encore la sexualité en dehors du mariage. Elles appartiennent au cortège du Dieu Apollon mais aussi à celui d’Aphrodite. La déesse de la beauté leur doit le charme et l’attrait qui assurent son triomphe.

M227 – Obsidienne

L’obsidienne est une pierre d’origine volcanique de couleur noire, rouge, grise ou vert foncé. Elle se forme à partir de coulées de lave très épaisses et riches en silice. Roche peu commune, elle se trouve notamment en abondance sur les îles grecques de Milos et de Gyali. Elle est prisée pour la confection de bijoux et dans le cadre de la lithothérapie, médecine non conventionnelle disant soigner par le biais des pierres et cristaux.

M228 – Ambroisie

Sur le Mont Olympe, l’ambroisie et le nectar sont la nourriture des Dieux : deux substances divines qui remplacent les mets solides et le vin, réservés aux mortels, et leur assurent l’immortalité.

M229 – Myrrhe

La myrrhe est une gomme-résine aromatique produite par l’arbre à myrrhe. Les Grecs en ont fait un grand usage durant l’Antiquité – fumigations, parfums – allant jusqu’à en parfumer leur vin. Les soldats grecs en conservaient en vue des combats, pour ses propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires. La myrrhe est aussi associée à une légende : celle de Myrrha, fille de Cinyras, roi de Chypre. Coupable d’inceste avec son père dont elle est éprise, les dieux ont pitié d’elle et la transforment en arbre à myrrhe. L’écorce de l’arbre se fendit pour donner naissance à Adonis, mortel d’une grande beauté qui deviendra l’amant d’Aphrodite.

M230 – Déesse

Déesses de l’Olympe comme Athena ou Demeter, déesses enchanteresses comme la magicienne Circé, déesses des fleuves ou des forêts… la mythologie grecque compte autant de déesses qu’il y a de figures féminines dans nos sociétés. Ces figures à qui l’on érigeait des temples étaient appréciées et vénérées pour leur caractère divin, les mythes qu’elles véhiculaient, les valeurs qu’elles défendaient, les traits, les qualités ou les travers qu’elles incarnaient, à l’image des hommes et des femmes dont elles endossaient les traits.

M231 – Aphrodite

Dans la mythologie grecque, Aphrodite est la déesse de l’amour. Assimilée à Vénus dans la mythologie romaine, cette déesse a fait l’objet d’un grand intérêt et de nombreuses interprétations artistiques depuis la Renaissance. La Vénus de Milo du sculpteur grec Alexandros d’Antioche, ou encore la Naissance de Vénus du peintre italien Boticelli comptent parmi les oeuvres les plus connues.

M232 – Caryatide

Les caryatides sont des statues de femmes soutenant sur leur tête un entablement, remplaçant ainsi une colonne ou un pilastre. Elles sont souvent vêtues d’une longue tunique, et possèdent de longues chevelures nattées ou décorées. Les Caryatides apparaissent essentiellement sur les édifices d’ordre ionique. Parmi les caryatides célèbres, on compte celles de l’Acropole d’Athènes : elles sont au nombre de six et encadrent l’Erechthéion.

M233 – Cortège des Néréïdes

Les Néréides sont des nymphes marines. Elles sont au nombre de cinquante et forment le cortège du dieu Poséidon. Elles résident avec lui dans les profondeurs d’une cave argentée, quelque part dans la mer Egée. Elles sont représentées comme de belles jeunes filles à la chevelure entrelacée de perles, chevauchant dauphins ou hippocampes, et tiennent à la main tantôt un trident, tantôt une branche de corail. Les peintures et sculptures antiques les représentent parfois comme des sirènes, aux côtés des tritons. Certaines Néréides sont plus connues que d’autres, comme Amphitrite, l’épouse de Poséidon, ou encore Thétis, la mère du héros Achille.

M234 – Les Moires

Les trois Moires de la mythologie grecque sont les déesses de la naissance, de la destinée humaine et de la mort. On leur prête l’aspect de vieilles fileuses tissant l’écheveau de l’existence. Clotho filait les destins sur sa quenouille, Lachésis distribuait à chacun sa part d’existence, et Atropos tranchait les vies de ses ciseaux.

M235 – Jeux d’Olympie

Le site d’Olympie en Grèce a accueilli les jeux olympiques antiques pendant près de douze siècles, de 776 av. J.-C. à 394 après. J.-C. Il s’agissait de la plus importante manifestation sportive de l’Antiquité, dans le but d’honorer le dieu Zeus : suffisamment grande pour qu’une « trêve olympique » fasse cesser des guerres entre cités grecques. Les vainqueurs étaient considérés comme des héros et célébrés par les poètes, recevant de nombreux cadeaux et honneurs de leur ville d’origine. Aujourd’hui encore, la flamme olympique est allumée à Olympie, quelques mois avant la cérémonie d’ouverture des jeux modernes.

M236 – Poème d’Homère

Surnommé « Le Poète », Homère est l’aède le plus célèbre de la Grèce Antique qui aurait vécu au VIIIème siècle av. J.-C., et à qui sont attribués les deux plus anciennes oeuvres de la littérature occidentale : l’Iliade et l’Odyssée, deux épopées contées sous forme de poèmes, longs de 15 000 et 12 000 vers, et sur lesquels s’appuient une grande partie de la mythologie grecque actuellement connue et relatée. Il est difficile de dire aujourd’hui si Homère a été un individu historique ou bien une identité construite, et s’il fut bien le seul auteur des deux épopées (la célèbre « question homérique »).

M238 – Cybèle

Divinité de Phrygie (ancien pays d’Asie mineure, dans l’actuelle Turquie), Cybèle est sans doute la plus grande déesse du Proche-Orient ancien, dont le culte a été importé en Grèce et surtout à Rome. Aussi appelée « Magna Mater », c’est-à-dire la Déesse mère, elle personnifie la nature puissante et sauvage. Elle détient un pouvoir souverain sur la reproduction des plantes, des animaux, des dieux et des hommes. Montée sur un char traîné par des lions, symbole de la force, elle tient une clef qui ouvre la porte de la Terre où sont enfermées les richesses.

M239 – Pénélope

Pénélope (de « Pênelóps », canard ou oie sauvage en grec ancien) est l’épouse d’Ulysse. Durant les vingt années que durèrent l’exil du héros, elle prétendit confectionner un linceul, qu’elle tissait le jour puis défaisait la nuit, afin de repousser la date à laquelle elle devrait prendre un nouvel époux.

Retour